Les Playmobils E&A : nouvelle(s) star(s)….des blogs?

Posté le 26 mars, 2008 dans Chroniques des Playmobils par Playmobil Zombie

N’ayez crainte, on ne vas pas se lancer dans la variétoche… quoique peter au piano (ou synthé) et moi reprenant les classiques de la chanson française : François Valéry, Frédéric François, François Fieldman, Claude François (dont je suis l’auteur de la théorie obscure sur la filiation généalogique de celui-ci avec Clovis, roi des Francs)…

Non, en fait, lundi dernier Docslumpy m’a signalé qu’il avait inscrit notre blog pour le concours La Nouvelle Star des Blogs, organisé par JarodXXX dont j’avais déjà visité son blog lorsque je recherchais une shoutbox pour ce blog.

Contrairement à Persoweb, là nous avons réussi à passer à la seconde étape puisque notre blog a été sélecctionné!

Vous pouvez voter pour nous, nous sommes dans le groupe 12
mais aussi pour Docslumpy, groupe 10
1loup, groupe 1. 1loup qui a d’ailleurs mis à jour son plugin PlayVidZik pour WordPress
Daria, groupe 3
Glooland, groupe hum 10

concours nouvelles stars des blogs

à vous de jouer!;)

Bon sinon j’ai deux entretiens pour mon stage, c’est cool! 😉 et j’ai fini les cours!

Handicap et emploi : point de vue d'un Playmobil

Posté le 20 mars, 2008 dans Accessibilité in the real life,Chroniques des Playmobils par Playmobil Zombie

Eric Delcroix m’a transmis vendredi un lien vers le blog du modérateur de RégionsJobs sur la semaine spéciale Handicap qui avait lieu la semaine dernière (oui je sais j’ai de l’avance). Véronique a proposé aux bloggueurs de faire un billet sur la question. Et ça tombe bien car je suis un Playmobil en recherche de stage. Petit topo: infirme moteur cérébral, frappe lente, difficulté d’élocution, sans permis.

Mais d’abord les chiffres:

chiffres emploi et handicap

Outre le taux d’emploi et le taux de chômage des travailleurs handicapés, deux chiffres m’interesse: 48% des demandeurs d’emploi handicapés ont un niveau BEP ou CAP et 19% ont un niveau égal ou supérieur au Bac. ça me rappelle une discussion houleuse sur la Planète Orange autour des diplômes. Sur ce billet, j’essayais de montrer qu’un diplôme c’est aussi un niveau de qualification et par conséquence un niveau de rénumération. Le but n’étant pas de dénigrer tel ou tel diplômes/filières mais de comprendre pourquoi ces chiffres. Pour moi, ça reflète simplement les politiques de gestion et de scolarisation des jeunes Playmobils. Pas d’intégration: envois majoritaires dans des établissements spécialisés. Conséquences malheureuses: un niveau différent (je le sais car j’ai connu les deux univers) avec des lacunes? par rapport au système scolaire traditionnel, une offre de formation limité par les parcours de l’établissement (3 BEP, 2-3 BAC) mais surtout une formation/filière calibré sur le handicap-type : un malvoyant a formation d’accordeur de piano, un autre de handicap ira en BEP Secrétariat,etc, et enfin un conseil orientation qui est loin d’être spécialisé (je me rappelle encore ma question « qu’est ce que je peux faire comme métier? » et on m’avait répondu : »ah mais y’a plein de métiers que tu peux faire… » j’ai jamais eu d’exemple précis. J’ai découvert le métier de « cyber-documentaliste » dans Web Magazine, c’est pour dire! Alors bien sûr l’orientation est complexe pour tout le monde mais les Playmobils ont besoin plus que les autres de réponses adaptées car l’handicap limite certains désirs.

Malheureusement, l’intégration totale des Playmobils en milieu scolaire n’est pas envisageable pour tous. Rien qu’avec l’accompagnement de ceux-çi est loin d’être parfait : voir le problème des AVS. Les AVS sont indispensables pour certaines personnes, et pour d’autres elles favorisent l’intégration de l’élève Playmobil au sein d’un environnement ordinaire sans pour autant « coller » l’élève et en lui laissant une marge de liberté. Un AVS doit être formé et un contrat moral entre lui et l’élève doit clarifier son rôle.

Concernant l’emploi proprement dit, j’ai déposé mon Cv sur quelque sites spécialisés:

THconseil : site localisé dans le nord, à tourcoing je crois. Cabinet de recrutement spécialisé dans le recrutement de travailleur handicapé. J’ai aimé leur réactivité: j’ai envoyé mon mail par cv et ils m’ont appelé pour me demander des précisions sur ce que je recherchais.
Handicap Emploi : Site d’origine canadienne, l’ouverture aux pays francophones est récente. Rien à signaler, j’ai déposé mon CV.
Hanploi : rubriques un peu flou. Mon CV a été retiré après un appel téléphonique car je n’ai pas (encore) la reconnaissance de travailleur handicapé: merci la MDPH , pour un dossier datant d’avril 2007 je pourrai avoir ma reconnaissance en aout 2008, à la fin de mon stage.
Handi-cv : site lié à Cap Emploi, l’organisme chargé de vous aider dans la recherche d’emploi une fois que vous avez été reconnu comme travailleur handicapé.Mais vous pouvez toujours vous inscrire. Procédure de création de CV assez complète. Edit: en fait j’ai connu ce site il y a quelques années suite à une affiche pour cap emploi, alors je ne sais plus si j’ai confondu l’url ou pas. Voici le commentaire de Phillippe Manaël:

Une précision s’impose au sujet du site Handi-cv.com, dont je suis le créateur et l’administrateur.

Je constate souvent que les personnes attachent le site à Cap Emploi, eh non ! Je n’ai rien à voir avec eux, il s’agit davantage d’une initiative personnelle, car moi-même reconnu travailleur handicapé. Pourquoi cette méprise ? Je l’ignore. En tout cas, le site appartient à la société Handi-cv dont je suis le gérant. Oui, c’est beaucoup pour une seule personne ! Je n’ai aucun salarié faute de moyens financiers suffisants.

Je suis aussi présent sur facebook,viadeo, et linkedin mais ce dernier est en anglais et l’interface est bof. J’ai également testé un bon site pour mettre en ligne mon CV : mon-cv.com . Ce service est très simple: vous vous inscrivez, vous uploadez votre CV, et le site va récupéer le contenu pour le mettre en forme. Ensuite vous pouvez modifier,ajouter,suprrimer des données.

Malgrès mon handicap, je suis étudiant en seconde année de Master PRISME, formation orienté veille. J’ai envoyé 3 candidatures spontanées (dont 4 messages à une société) et répondu à deux offres de stage. Sur mon CV, à « divers » j’ai mis « reconnaissance travailleur handicapé en cours » car après tout c’est les compétences qui comptent,non?. J’ai reçu une réponse négative à une de mes candidatures spontanées et une positive à une offre de stage. Et c’est là qu’on voit la limite du Web et des réseaux sociaux. J’avais envoyé mon CV un dimanche à 1h du mat et la société m’a appelé le lendemain vers 11h30. Je venais de me réveiller y’avait pas longtemps et j’étais surpris de la rapidité de contact, et lorsque un inconnu appelle, j’essaye d’articuler pour bien me faire comprendre, ça demande effort et concentration, mais en véritable c’est pire: je laisse des gros blancs et je bafouille. On me proposait un entretien le lendemain et j’ai répondu « non » sans penser à expliquer que j’avais un dossier à présenter et que je pouvais être disponible pour une autre date. ça c’est terminé par « on vous rappellera pour une date ultérieure ». Et ensuite j’ai senti que j’avais raté une opportunité. Et j’ai repensé à la fois où, j’étais en Première, et je suis allé à l’hotel de Police pour savoir comment devient on enquêteur en criminalité informatique: on m’a expliqué qu’il fallait d’abord être policier de base et ensuite demander une mutation dans le service souhaité… et on a terminé en me disant « il faut savoir porter l’uniforme ». C’était violent car je pensais que comme y’avais des personnes de couleur, des femmes dans la police moi aussi je pouvais tenter ma chance… J’étais naïf. Pour revenir à l’entretien téléphonique, j’ai tout de suite penser à de la discrimination, pensée facilité par le fait que je sois conscient de mon handicap, puis j’ai réfléchis et attendu un éventuel rappel. Comme je ne suis pas bête et que je n’hésite à me remettre en questiion, j’ai essayé de me mettre à la place de mon interlocutrice. Ainsi j’ai renvoyé un mail du vendredis en m’excusant et en expliquant mon handicap. On m’a répondu qu’il comprenait mon mail mais que l’offre était déjà prise mais que néanmoins ils pouvaient envisager une solution.

Finalement, la LRU a été décrié comme faisant entrer les entreprises dans les universités, mais serait ce vraiment un mal? Ce jeudi 20 mars à Lille a lieu le salon handimanagement:.

Handimanagement est un programme éducatif proposé aux Grandes Ecoles et universités pour sensibiliser les étudiants, en tant que futurs managers ou acteurs d’entreprises, à l’insertion professionnelle des personnes handicapées. Dans chacune des 30 écoles participantes, une équipe de 10 étudiants volontaires, structurés en association, formés en profondeur en début de projet, relèvent le défi de sensibiliser leurs camarades et l’ensemble du coprs professoral à la question de l’insertion professionnelle des personnes handicapées.

L’objectif est clairement défini : sensibiliser les entreprisses et administrations à ce qu’est vraiment un travailleur handicapé : non pas en affirmant qu’il a le poil soyeux et qu’il mettra de l’ambiance dans votre bureau tel une plante verte, ou qu’il est aussi loyal et travailleur que Tobi le chien, mais en expliquant clairement les types de handicap que l’employeur est amené à rencontrer, les aménagements éventuels à réaliser, et les capacités de la personne: ce qu’elle peut faire et ce qu’elle ne pourra pas effectuer. Parler de productivité est difficile, pourtant un ami qui est IMC s’est vu refusé l’entrée dans un CAT car pas assez rapide donc peu productive. Il en va de même pour la rentabilité sauf qu’il y a un paradoxe : les entreprises qui n’emploient pas ou pas assez de personnes handicapées payent une amende à l’AGEFIPH qui à son tour finance des adaptations et des aménagements de poste, or si les entreprises embauchent plus de travailleurs handicapés, il y aura moins d’amendes, donc moins d’argent pour financer des adaptations…

Pour terminer, et pour revenir à la présence des entreprises dans les facs, pourquoi ne pas créer des pôles de formations adaptés et adaptables à l’image des pôles de compétivité ou technopoles sur des secteurs porteurs et qui permettrai une bonne qualifications des personnes handicapées: je pense aux métiers du Web et au secteur des Sciences de l’Information et de la Communication par exemple. Une sorte de CLIS (classe d’intégration scolaire) pour des BTS,DUT, Licence car l’emploi des personnes handicapées est lié à leur formation et à leur intégration.

Journée Idemmatic du 18 mars à Lille3: on y sera

Posté le 16 mars, 2008 dans Chroniques des Playmobils par Playmobil Zombie

Dans la série « j’offre des fleurs et je fais la promos des amis » :), après le Congrès Net 2007, voici la journée Idemmatic organisée par Eric Delcroix et les étudiants du Master IDEMM. Cet journée est centrée sur les contenus du web et leur rédaction.

Voici le programme:

Le matin, quatre ateliers sont organisés :

  • atelier des bonnes pratiques (comment on écrit dans un site)
  • atelier Référencement et folksonomie
  • atelier Web écriture (presse en ligne, Agora, Wikipédia)
  • atelier livre et bibliothèque numérique

L’après midi, une grande table ronde sur l’évolution et l’avenir des contenus sur le net.

En soirée, l’habituel apéro blog en nord certainement avec les référenceurs du Nord

et la liste des invités:

  • David Abiker (chroniqueur à France Info et essayiste)
  • Sébastien Bailly (spécialiste écriture web)
  • Sébastien Billard (référenceur)
  • Christophe Deschamps (euhhh…. Outils froids 😉
  • Olivier Ertzscheid (maître de conférence en SIC)
  • Jean-Marc Hardy (spécialiste écriture web)
  • Brigitte Juanals (maître de conférence en SIC)
  • Gilles Klein (journaliste)
  • Thierry Klein (Speechy)
  • Alban Martin (traducteur de Facebook et auteur de livres)
  • Xavier de Mazenod (spécialiste écriture web)
  • Arnaud Meunier (responsable communication)
  • Joël Ronez (spécialiste écriture web, pardon responsable du pôle web d’Arte France)
  • Willy Tenailleau (Responsable d’un service d’information – documentation)
  • Damien Sellose (référenceur)
  • Muriel Vandermeulen (spécialiste écriture web)

Attention, ceci est la liste des invités. Pour de plus amples informations, allez sur le site de la journée Idemmatic et n’oubliez pas de vous y inscrire si vous venez.

à noter que l’évènement est aussi sur facebook.

Enfin notre camarade Docslumpy animera la table ronde de l’après-midi sur « enjeux et avenirs du web ».

Le rapport avec les Playmobils? En fait, c’est surtout pour Peter. Comme il est en deuxième année de Master d’Histoire et qui commence à s’interroger pour trouver un métier en fonction de ses capacités et de ces compétences: il autant de chance de bosser comme aiguilleur du ciel que moi de devenir chanteur de variétés. Comme il aime bien écrire (c’est un de ces passe-temps), je lui ai conseillé de se réorienté dans le domaine de l’édition de contenu pour le web. D’autant plus que le métier de rédacteur Web peut être exercé en télétravail.

Donc il y aura 2 Playmobils et peut-être un webdesigner belge. 😉

EDIT du 17/03: il y a de grandes chances que je sois seul finalement …  🙁

Jérôme

Congrès Net2007: j'y étais

Congrès Net2007

Alors pourquoi un Playmobil comme moi est allé à ce Congrès Net 2007 consacré aux mondes virtuels? à votre avis?

Il y a plusieurs raisons: d’une, il faut avouer qu’un Playmobil comme moi à un coté geek, je l’ai déjà dis sur ce blog: l’informatique et les NTIC m’ont permis d’être ce que je suis et d’avoir le parcours qui est le mien et je suis donc convaincu que les nouvelles technologies, tant matériel que logiciel-virtuel vont améliorer la situation des Playmobils: si vous avez besoin d’une auxiliaire pour réaliser des tâches ménagères, la domotique peut-être un véritable espoir pour notre autonomie: par exemple, je viens de découvrir Scooba, un robot-laveur qui, couplé avec un robot-aspirateur, permettrait de résoudre le problème du nettoyage. Seconde raison: le thème des mondes virtuels est en quelque sorte un eldorado, un échappatoire pour Playmobils, j’y reviendrai. Troisième raison: bah c’est un congrès organisé par Digiport en partenariat avec mes camarades du Master IDEMM sous le haut patronage d’Eric Delcroix, et comme j’étais tout de même intéressé par ce Master, je suis allé voir le résultat du travail de mes camarades. Pour la petite histoire, comme je ne savais pas si cette manifestation était réservée aux professionnels, j’ai convaincu un camarade du Master RSIC de m’accompagner pour, comment dire?, apporter une caution à mon statut d’étudiant, et puis c’est plus sympa de se faire refouler à deux… 🙂

Enfin toujours est il que nous avons eu droit à un pass d’entrée (la carte que vous voyez) et un package offert par Digiport (une sacoche avec de la documentation) tout cela gratuitement.

On est donc arrivé un peu à la bourre (oui je sais c’est paradoxal pour un Playmobil qui se déplace à la vitesse d’un zombie) et en plus il pleuvait.

On a pu assister à deux atelier: le premier sur la gestion des identités virtuelles et le second sur l’idée de territoires augmentés.

Atelier 5: Pseudo, avatars… Comment gérer les milliards d’identité virtuelles?

Pas de choses interessantes, voir surprenantes furent abordés. ça parlait d’avatar et de second life d’un point de vue juridique.

Pour l’avatar, il y avait Pascal Levy-Garboua de skaaz.fr , Emmanuel Mouclier d’Artificial Solutions,
Grégory Renard de Wygwam,
Laurent Laborde, Baron Second Life, alias Kerunix

ainsi que Martine Ricouart-Maillet,Avocate, BRM Avocats et Jean-Pierre Buthion,GIE cartes bancaires

Animateur: Charles Népotes, FING

Bon je vais pas tout refaire, vous trouverez un résumé en cliquant sur le lien de l’atelier ci dessus.

Ce qui m’a semblait interessant:

la présentation d’agents intelligents, ici des agents conversationnels. Ces agents sont interessants dans la mesure où ils apportent de l’interactivité à un site web. Et de l’accessibilité? Peut-être, si l’agent comprend le langage naturel, en gros une phrase, ça peut rendre service à celui qui a des problèmes cognitifs qui lui empêche de définir des mots-clefs. Ce qui m’a surpris, c’est Kerunix je crois, qui rappelle que Second Life permet a des personnes sourdes/muettes de communiquer librement. L’aspect juridique a été abordé et la question était de savoir si un délit virtuel était attaquable et en quels circonstance: par exemple, vols d’objet,viol d’avatar, etc . Autre information donnée par Kerunix: la propension des hommes à jouer avec un avatar féminin, d’après eux ça change le comportement des autres joueurs, le travestissement 2.0 en quelque sorte. Mais l’information la plus surprenante fut donnée par monsieur Buthion : « sur second life, on ne cherche pas à connaitre l’identité des autres ». ça m’a fait sourire car je suis dans une formation orienté veille et intelligence économique et j’ai tout de imaginé les conséquences de cette affirmation: si l’avatar est l’outil de séduction de votre interlocuteur, si celui-çi est travesti, en tenant compte de la présence d’entreprises et d’administrations, on peut très imaginer récolter des informations stratégiques pour une politique d’IE… De là à parler d’espionnage industriel…

Quelques mots sur Skaaz: Skaaz est un agent conversationnel qui fonctionne sous des scenarii caractérisés par des questions-réponses. En fait l’agent repère les mots clefs d’une question et fourni une réponse correspondante. Docslumpy l’a testé sur son blog, donc allez voir son billet. Je le rejoins sur

Le but de l’agent virtuel est à mon sens de proposer une alternative à une simple FAQ et aussi d’orienter des utilisateurs novices d’Internet.

D’ailleurs je pense essayer d’utiliser un skaaz pour enrichir la page A propos du blog pour lui ajouter de l’interactivité.

Enfin allez voir le billet d’handimobility concernant Second Life avec l’association de Motorability et United Spinal qui consiste à vendre des œuvres au profit de l’association.

Atelier 8: Espaces de vie: vers quels territoires augmentés?

Chose amusante dans cette conférence: la mention de la gare TGV de Lille comme facteur attractif de la région et de ce fait succès du congrès net 2007. Et l’air de rien les transports en commun sont d’une importance considérable même pour un Playmobil en recherche de stage/job. Sérieusement, on a parlé de représentation des territoires dans Second Life par exemple. L’intérêt pour les Playmobil: imaginez que vous avez du mal à vous orienter: hé ben le batiment que vous chercher pourrait posséder une flèche jaune comme dans votre gps, en vrai. Autre chose ? à Malmo, en Suède, la mairie utilise un agent virtuel sur son site pour informer la population. Ainsi le Playmobil peut éviter de se déplacer pour obtenir des informations. Mélanger le réel et le virtuel, c’est possible. Le jeu SOS-21 sur le développement durable est un projet énorme: modéliser chaque région en pixel art tout en permettant une géo-localisation et permette de jongler entre le réel et le virtuel comme certains jeux vidéos japonais: aller dans un endroit réel pour récupérer un objet virtuel.

Commentaires off:

Yann, un référenceur, m’a parler d’une expérience de la police belge: celle-çi se rendait sur des chats et donné des rendez-vous à des gamins. Et bien la plupart se sont pointé au lieu de RDV. C’est effrayant car imaginez sur second life: un avatar n’a pas d’âge, bien sûr il existe une version de second life pour les enfants mais un bon ado rebelle pré-pubère aura vite de se mettre sur le SL normal. Dès lors, un ado influençable et un avatar séduisant….

« l’internet est l’oeuvre du Diable!!! » Non, faut pas exagérer. Faut simplement éduquer les enfants et faire de la prévention. Je vous conseille ces excellents jeux éducatifs canadiens sur le cyberespace.

Autre chose: Good Action , une régie publicitaire qui reverse les gains à des assos humanitaires et écologiques. Au départ, l’initiateur ne voulait pas que plus tard sa fille tombe sur des pubs douteuses en surfant sur le net.

En tout cas, un grand bravo aux Idemm et à leurs profs, ainsi qu’à Digiport. C’était bien. :d

Tiens en parlant d’humanitaire, je vais bientôt apporter le Web là où il y en a besoin… (y’en a un qui est déjà au courant);)

J’éditerai ce billet, ou pas.

Jérôme