24 ans d'errance et mes vacances

Posté le 16 août 2007 dans Archive du blog V1 par Playmobil J

Bon ben voilà,

24 ans et bac +4 comme quoi heureusement que j’ai deux ans de retards par rapport à mon parcours scolaire, ça permet de faire une rime…. Ok c’est une maigre consolation. Ceci dit j’en connais qui ne pas Playmobil et qui sont au même point que moi voir pire.

Alors qu’ai je fais pendant ces 3 semaines alors que ma famille était au camping?

J’ai glandé. :o)))

Non sérieusement la première semaine je suis resté chez moi avec mes grands-parents . Eh oui pas facile d’être indépendant et autonome lorsqu’on est Playmobil… Mais si paradoxalement le reste de l’année vous y arrivez du moins en grande? partie. Tout ça c’est la faute au JT de TF1: ben oui à force de faire des reportages sur la France profonde (le dernier sabotier fumeur de pipe en bois et joueur classé au Tournoi International de bingo-lotto-tarot ; le prix de la baguette semi-industrielle ou sur la vie rêvée d’un passé révolue  » à mon époque…. , les traditions, c’était comme ça etc… » avec la tite remarque de JPP en fin de reportage… Bref à force de faire des reportages sur l’abandon des chiens et des personnes agées sur l’autoroute (enfin plutôt sur une aire de repos….. on est pas des monstres après tout!) plus un soupçon de faits divers sur l’insécurité, ben à la fin on s’inquiète pour les Playmobil. Bon ok j’exagère un peu mais j’essaye de comprendre ce paradoxe. C’est un peu comme le Téléthon, le Sidaction ou la Journée de la Femme: on sort les cadavres du placard pendant la promotion délimitée avec précision. Un jour, 2, ou 3 où on vous donnes la chance de passer à la TV pour rappeler aux autres que vous existez. Puis le syndrome Cendrillon arrive, la période terminée et pouf retour à la normale: indifférences, oublies des bons sentiments, etc Ben sûr ce syndrome est valable pour tout le showbiz de la TV: Nouvelle Star, Secret Story, etc Semblable à une souris dans un labyrinthe, une fois que les chercheurs décident d’arrêter l’expérience et de couper la lumière, vous redevenez normal et l’on vous oublies… à moins d’être stupide ou avoir un physique à part.

Enfin, toujours est il que la deuxième semaine je suis allé chez mes grands-parents en Belgique, à Liège. Bien sûr j’avais emmené mon pc portable au cas où il y aurait du wifi et, geek tout de même, j’avais même acheté une clé usb détecteur wifi . Le hic: soit y’avait pas de réseau, soit c’était des réseaux fermés. Donc pas d’internet. Du coup je me suis replié sur mes dvd et mes livres. J’ai visionné Dikkenek avec mon cousin et sa copine. Oui mon grand-père possède un appareil photo numérique, une tite imprimante pour imprimer ses photos, un lecteur dvd et pour son anniversaire un écran plat. Dikkenek est une comédie belge sympa à regarder, j’aime aussi le célèbre C’est arriver près de chez vous. Cet extrait me rappelle l’époque où comme tout adolescent, j’avais aussi mes problèmes de peau. Bon je vais arrêtez là car il y aurait un billet entier à faire sur les films traitant des Playmobil.

J’ai visionné seul la saison 1 du Dr House, le médecin Playmobil. Je suis sûr qu’il pourrait écrire sur ce blog. :o)) Non sérieusement c’est une série qui fait réfléchir. Je vous conseille l’épisode 1 « Les symptômes de Rebbecca Adler » pour la phrase de House sur la dignité ( Pour un Playmobil c’est important mais faut bien avouer que le handicap oblige un peu à ravaler sa fierté: l’autonomie étant incomplète… l’avantage c’est que ça permet de garder les pieds sur terre voir d’être un peu humble, avantage peut-être relatif par rapport à son prix?) ainsi que l’épisode 9 « Vivre ou laisser mourir » où un musicien de jazz en fauteil roulant se retrouve à l’hopital et souhaite ne pas être réanimé si cela empirait…. et grâce au caractère de House ressort en marchant… L’histoire de la jambe de House et ses douleurs est aussi interessante car elle traite du choix que l’on peut être amener à faire pour un proche ou autrui. Quant à l’épisode 17 « Double discours » il raconte l’histoire d’un sénateur qui veut cacher sa maladie de peur de perdre ses électeurs.

On ne peut que se réjouir de l’apparition d’anti-héros (et encore voir Heroes où les dons des « héros » effraye et doit être dissimulé) tel que House, Monk, ou le flic aveugle de Blind Justice qui malgrés leur stigmate arrive à s’en sortir et à prouver que leur singularité apporte une valeur ajouté à leur raisonnement et donc démontre leur intelligence. De plus lorsque l’on connait le pouvoir de la télé en tant que vecteur des représentations sociales de la société…..

Bien que la Belgique soit en avance sur les séries: Dr House, Heroes, Lost… je devais me soumettre au couvre-feu de 22h30… Comme c’était tôt pour moi je lisais donc dans mon lit. J’ai lu 3 livres:
Sonderkommando, Dans l’enfer des chambres
Témoignage de Shlomo Venezia, Juif italien de Salonique (Grèce) faisant partie d’un Sonderkommando à Auchwitz. Le Sonderkommendo était le groupe chargé d’accompagner les gens dans la chambre à gaz (déshabiller et rassurer) puis de traiter les cadavres (dépouillage (dont arrachage de dent en or) puis leur crémation). On apprend, outre l’horreur de la besogne, que aussi invraisemblable que cela puisse paraitre dans de très rares cas il y avait des personnes qui survivaient à l’effet du Zyklon B ou réussir à éviter d’entrer dans la chambre à gaz. Malheureusement ce n’était qu’un mince sursis qui se terminait par une balle dans la tête.
On apprend également ce qu’est un Mulsuman dans le système concentrationnaire d’Auschwitz; que les bergers allemands des SS et des soldats étaient mieux traités que les prisonniers; que certains kapos et SS sortaient du lot (en bien ou en mal), et qu’une révolte a avorté…

Dans l’annexe consacré au déroulement de la Shoah, l’historien Marcello Pezzettti consacre quelques pages aux différents procédés et programmes de mise à mort développés par les nazis. L’aktion T4 y est mentionné: 90 000 Playmobil Estropiés et Associés furent « euthanasiés ». à l’été 1941, suite à la protestation de la population et du clergé allemand le programme est suspendu….. mais se poursuit secrètement avec l’opération 14f13. Yanous propose deux articles sur le problème:
Nazisme et handicap: la mémoire des victimes
Devoir de mémoire
L’eugénisme n’a pas concerné que les nazis: les pays dits « civilisés » s’interesser à ce thème: France, Angleterre, USA, Suède, etc …. et pour certains les stérilisations forcées se poursuivirent jusqu’à fin des années 60-70 . Je vous conseille l’excellent documentaire Bien né, mal né – Lois et destinées . Personnellement, j’ai conclu qu’Hitler inconsciemment nous a donné une leçon de morale aussi paradoxale soit-elle : En parquant et en rassemblant dans le même sac Juifs, handicapés, Noirs, opposants politiques, Slaves, etc il n’a fait que confirmer que nos différences nous rassembles et que nous nous ressemblons dans le fait que tout ces stigmatisés sont des Hommes et au final les déviants étaient ceux qui fanstamaient sur le Surhomme et sur le mythe du bon aryen. En « humanisant » un peu celui qui a industrialisé le génocide le plus froid et le plus vaste, en se disant qu’il aimait bien les animaux et les enfants, il devient plus proche de nous et donc plus effrayant. Ainsi on serait sûr de ne pas oublier.

Deuxième livre:
Un merveilleux malheur , de Boris Cyrulnik.

Ouvrage intéressant sur la capacité à surmonter nos traumatismes. Deux choses à retenir: – l’importance de la communication
– Tout le monde n’est pas prêt à entendre votre récit. Point commun avec Shlomo Venezia où les témoignages des déportés n’intéressaient personne à la Libération car trop horrible et donc inimaginables. Le public préfère les belles histoires car la société en a besoin.
Autre point intéressant: la violence comme unique moyen de communication car c’est le seul moyen d’expression que l’individu maitrise.
Bon après l’histoire du gamin enchainé à son lit pendant que ses parents partent au ski, et qui plaçait en institution , revient une fois adulte pour retaper la maison de ses parents. C’est un peu comme l’histoire que nous racontait le prof de latin sur l’enfant bègue qui est battu par son père et qui continue à l’aimer malgré tout. Je reste septique quand à la conclusion de tel histoire. Ce n’est pas un Playmobil qui va tendre l’autre joue….

Enfin j’ai gardé le meilleur pour la fin.
Stigmate d’Erving Goffman
Les usages sociaux des handicaps

J’ai commencé ce livre à Town of Wood, un tit village des Ardennes. Comme ce genre de village est d’un ennui mortel pour un jeune, j’avais pris mon dvd du Dr House et mon livre. Ce village est aussi le lieu de rassemblement du Réseau. J’appelle Réseau un groupement de personnes s’échangeant des informations concernant les membres eux-même et sur les déviants. Je pense que ça peut être un sujet d’étude aussi bien en SIC qu’en sociologie (déviance et rumeurs). Un tel Réseau est capable d’obtenir des informations détaillées sur des personnes faisant parti de l’entourage proche d’un membre du Réseau, et ce même à plus de 200 km de distance. Les membres procèdent donc à des questionnements et s’échangent informations et consignes de conduite par téléphone. Gare si un des membres à un déviant dans son entourage…
Deux solutions: soit constituer un contre réseau, soit de jouer l’agent espion. Le but est d’informer le déviant ou son entourage l’acceptant ainsi des pièges tendus et de lui communiquer les informations que le Réseau possèdent afin d’adapter un comportement en conséquence.

Bref, la troisième j’ai donc lu Stigmate et que dire si ce n’est que je me suis retrouvé dans toutes les analyses de Goffman sur les stigmatisés. Que ce soit sur l’identité dévoilé ou pas, le contrôle de l’information, l’intégration, la conséquence de s’engager pour défendre les interets de son groupe, le passage de normal à stigmatisé. Bref à chaque fois soit je me retrouvais dans la situation décrite ou soit je retrouvais dans ce que j’ai pu voir moi-même. Je ne saurai que trop conseiller la lecture de ce livre à celui qui veut comprendre les interactions et stratégies des Playmobil. En parlant d’engagement j’ai choisi soutenir Planète Orange en affichant leur logo. Non ce n’est pas un site de clents de la marque Orange mais un blog d’une maman dont le fils est Infirme Moteur Cérébrale. Handicap que votre bossu (ben moi quoi) est aussi affublé. D’ailleurs j’ai écris un commentaire résumant mon parcours. Saurez-vous le retrouver? :op

Il y a également Otir, qui suite au billet d’Ayméric, s’interroge sur ce qu’est le handicap finalement. ça m’a rappeler un reportage d’Envoyé Spécial sur l’hopital psychatrique de Lierneux où le médecin expliquait la signification du handicap à une patiente. Ce reportage m’a marqué par la scène où la patiente refuse de quitter l’établissement et donc le médecin lui dit : « PARTIR OU MOURIR?!!! »

Pour finir, j’ai fêté mes 24 ans ce jeudi 16 aout en invitant mes grands-parents et mon ancien AVS, enfin le prmier, au resto. Histoire de passer un bon moment et de faire plaisir et surtout d’être entouré (enfin on était 5). D’autant qu’ensuite on est revenu chez moi manger le gateau que ma grand-mère à fait, au chocolat et petits-beurres bien sûr.
Bien sûr si je compare ma situation à celle de mon cousin qui a le même âge que moi, ben euh le tableau est mieux que le mien. Jaloux? Non, pour la simple raison que je n’ai pas les mêmes capacités que lui. Un Playmobil aurait de l’admiration et de un peu de mélancolie car il essayera de faire l’histoire « Et si je n’étais pas Playmobil? ». La jalousie n’a pas de sens même pour un valide. Alors que l’injustice…

PS: J’ai même trouvé un historien qui s’interesse à l’handicap: Henri-Jacques Stiker

Aspects socio-historiques du handicap moteur

Ah pour marquer le coup, quelques clips:

Hellogoodbye – Here (j’aime beaucoup le joueur de Keytar (guitare-piano ou clavier en bandouillère) et ils sont aussi beaux que les Playmobil )

http://fr.youtube.com/watch?v=8bUkxTznujo&feature=related

Hellogoodye – Shimmy Shimmy Quarter Turn (pour le son 16 bits )

et le clip de Toy Boy, Stuck in the sound avec des Playmobil:

http://fr.youtube.com/watch?v=pYdc725WzzE

2 Réponse pour '24 ans d'errance et mes vacances'

Suivre les commentaires avec RSS ou faire un TrackBack pour '24 ans d'errance et mes vacances'.

  1. catherine a dit :

    le 22 août 2007 @ 19:41

    Tu me donnes envie de lire « Stigmate » d’Erving Goffman.
    Bravo pour ton parcours scolaire, Yoann est loin 12 ans et bac à sable !
    Par contre il est comme toi sur un point, DVD pendant les vacances.
    A bientôt ici ou sur La Planète Orange.

  2. Playmobil Barbare Thériantrope a dit :

    le 23 août 2007 @ 00:43

    Bonjour Catherine,

    Merci pour votre commentaire et vos félicitations. J’espère que votre fils pourra suivre le même parcours. :o)

    Sinon Erving Goffman est un très bon choix. Pour la petite histoire, c’est surtout mes deux camarades qui ont travaillés dessus en sociologie lorsqu’on était en première année de Deug d’Histoire.

    Goffman a notamment écrit Asiles. Ouvrage consacré à la condition sociale des malades mentaux.

    Je regarde surtout des DVD lorsqu’il n’y a rien à la TV et que je me lasse d’intrnet (très rare). :o))

    à bientôt.

Poster un commentaire